Gran Talen Chez Cora

juin 2, 2015
Gran Talen est un personnage anonyme du web québécois. Son style cru et irrévérencieux a rapidement plu aux internautes. Aujourd’hui il nous raconte son dernier dej au Cora lors de la fête des mères. #webkeb

L’année passée, pour la fête des mères, j’avais invité la mienne à venir déjeuner avec moi au restaurant de son choix.

J’espérais secrètement qu’on aboutisse au  Subway, mais ma mère tenait absolument à ce qu’on se rejoigne au Cora situé près de la bibliothèque Gabrielle Roy en basse-ville de Québec.  Permettez-moi d’ailleurs un apartheid, mais je trouve ça vraiment louche qu’une bibliothèque de Québec porte le nom d’un ex-blogueur montréalais.  J’veux ben croire qu’il était habile avec les mots et assez érudit, mais de là à baptiser une bibliothèque en son honneur, je trouve ça un peu exagéré…

Nous sommes arrivés au Cora à 9h et une chance que j’avais réservé, car c’était bandé de monde.

Je vais vous faire un aveu : y’a rien que je trouve moins viril que d’aller manger dans un Cora.  Juste déjeuner, j’ai tendance à trouver ça un peu gai-lon-la, alors imaginez à quel point je me sens féminin quand je me ramasse dans un resto santé entouré de gens souriants qui semblent pour la plupart préférer manger des fruits que du bacon.  Je ne sais pas trop comment Ben Ladden pouvait se sentir quand il cirait ses babouches, mais ça devait ressembler à comment je me sens quand je me ramasse dans un Cora : vulnérable.

  • Ma mère :  As-tu faim, toi?  Moi, j’ai une faim de louve.  Le sexe, ça ouvre l’appétit, tu sais?  Hier, avec Sébastien, j’ai…
  • Moi :  Ok… Ok…  J’ai compris.  T’as faim.  C’est ben correct.  Moi aussi, j’ai pas pire faim.  Mon 12 pouces remonte à loin.
  • Maman :  Hon!  C’est drôle.  Celui de Sébastien ne remonte pas de si loin que ça, lui.  J’ai parfois même l’impression de le sentir encore.  Comme ces gens qui perdent un bras et qui continuent de le sentir…
  • Moi :  Ok…  Eh boy!  Bon…  Fait qu’on commande?

Ça faisait 3 minutes qu’on était là et j’avais déjà hâte au moment où j’allais puiser dans mon sac-banane pour payer mon repas quand soudain, une serveuse vraiment pas d’un laid choquant est apparue.  Pour qu’une fille soit belle habillée en Cora, dans un restaurant Cora, un dimanche matin, il faut vraiment qu’elle soit d’un naturel PDLC.  Ça ne s’invente pas.  Ça ne se photoshope pas.  C’est ce que j’appelle de la beauté pure et dure.

  • Serveuse :  Bonjour.  Vous allez bien?
  • Moi :  Allo.  Ça va!  Je peux te demander ton ASV?
  • Ma mère :  Ça va comme sur des roulettes.
  • Serveuse :  Est-ce que je vous sers un petit café?
  • Ma mère :  Oui pour moi.  Je le prends avec juste une petite larme de crème.  Et 6 sucres.
  • Moi :  Autrement dit, ma mère le veut avec une larme de crème et un golden shower de sucre.  Ahahahahahaha!
  • Serveuse :  Et pour monsieur?
  • Moi :  Avez-vous ça, vous autres, du Chemineaud?
  • Elle :  Non.  On n’a pas d’alcool.  Désolée.
  • Moi :  Au Subway non plus, ils ne vendent pas d’alcool.
  • Ma mère :  Gran, veux-tu bien essayer d’arrêter de toujours tout comparer au Subway s’il te plaît?
  • Moi :  J’vais prendre un Quik d’abord.
  • Elle :  Parfait.  Je vous laisse regarder le menu et je reviens vous voir bientôt.

Pendant que mon déficit d’attention était subjugué par le cul de la serveuse, ma mère a poussé un petit cri vraiment malaisant.

         Maman :  Hoooouuuu!  Oh! Mon Dieu!
         Moi :  Plaît-il?

  • Maman :  C’est Virgile!
  • Moi :  Qui ça?
  • Virgil :  Un amant vraiment achalant avec qui j’ai couché il y a quelques mois.
  • Moi :  C’est lequel, hein?
  • Maman :  C’est le gars super membré là-bas.
  • Moi :  M’man?  J’vois pas à travers le linge.  Je l’sais-tu, moi, quel monsieur est bien membré?
  • Maman :  C’est le genre de grand joueur de basketball avec une casquette noire.  Il lit le journal là-bas.
  • Moi :  Le grand noir?
  • Maman :  Oui…  Je pense qu’il m’a vue.  Eh! Merde!  Il s’en vient.  Shit!
  • Moi : Ass-hume toi, mom.
  • Maman :  J’ai une idée…  Gran, si tu veux faire un beau cadeau à ta vieille mère, t’as juste à me laisser faire.

Virgile arrive à notre hauteur.
En fait, il arrive à notre table, mais disons qu’il est tout sauf à notre hauteur.

Il doit mesurer quelque chose comme 11 pieds.

  • Virgile :  Manon!  Ah! Ben, Manon!  Aie, tu m’as jamais rappelé, toi.
  • Maman :  Je sais, je sais.  C’est parce que j’ai rencontré un homme.  Je suis en couple, imagine-toi donc!
  • Virgile :  Ah!  Oui?  Et c’est qui, le chanceux?
  • Maman :  C’est lui.

Et là, elle me pointe et prend ma main.

Je ne sais pas trop comment le capitaine du Titanic a pu se sentir quand il a vu le fameux iceberg, mais j’ai l’ultime conviction qu’il n’avait pas aussi honte que moi.

Et comme si c’était pas assez, la serveuse profite de ce moment de fausse intimité mère-fils pour revenir à la charge afin de prendre notre commande.

  • Elle :  Votre choix est fait?
  • Moi :  Oui, on peut commander.
  • Maman :  Parle pour toi, chéri, moi j’ai encore besoin d’un peu de temps.
  • Elle :  D’accord.  Y’a pas de problème.  Je reviens dans 5 minutes.

J’étais vraiment en tabarnak!
Là, non seulement Virgile allait penser que j’étais en couple avec ma MÈRE, je venais du même coup de perdre toutes mes chances d’inviter la serveuse à venir manger le 12 pouces de son choix après son shift.

  • Virgile :  Fait que c’est toi le chanceux qui as la chance de faire de menoum-menoum avec Manon?

Je pourrais arrêter l’histoire ici et vous dire que j’ai fait un ACV, mais ce n’est malheureusement pas ce qui s’est produit.

J’étais incapable de répondre à sa question, s’il en était est une.
Je demeurais donc de marde, sans bruncher, en espérant secrètement que le malaise soit tellement grand qu’il rebrousse chemin sur le champ.
Mais plus que tout, l’expression faire des « menoum-menoums » m’agressait tellement que des spasmes me parcouraient la moelle pépinière.

  • Virgile :  Tu les aimes de plus en plus jeunes et de plus en plus quétaines si je comprends bien?
  • Maman :  Gustave est peut-être jeune, au lit, c’est un vrai étalon.  Et il ne pense pas qu’à son propre plaisir, lui.

Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi et comment ma mère a pu décider de me faire porter le nom de Gustave?

  • Moi :  Ok, Ok, Ok…  Là, Virgile, c’est pas que j’t’aime pas, mais j’ai crissement hâte de manger pis de crisser mon camp.  Fait que tu peux retourner lire ton journal pis nous laisser manger en paix, ok?
  • Virgile :  D’accord, Ti-Gus.  Mais avant, Manon, j’vouais savoir : ça fait longtemps que tu ne m’en n’as pas parlé; ton grand flanc mou de fils mène-t-il toujours une vie aussi lamentable?  Hein?  On riait tellement quand on parlait de lui…
  • Maman :  Gran?  Euh…  J’ai jamais dit qu’il était flanc mou.
  • Virgile :  C’est vrai, tu ne disais pas « Flanc mou », tu disais « Tata » ou quelque chose comme ça.
  • Moi :  Ah! ouin?
  • Maman :  Ne l’écoute pas.  J’ai jamais dit ça.  Là, Virgile, laisse-nous tranquilles.  La serveuse s’en vient, on veut manger en paix.

Virgile est donc retourné à sa table en se grattant la poche pendant que la serveuse PDLC s’approchait de nous à nouveau.

  • Serveuse :  Vous avez fait votre choix?
  • Maman :  Oui!  Je vais prendre l’omelette aux épinards.
  • Serveuse :  Et pour monsieur?  Vous allez opter pour l’omelette comme votre conjointe?
  • Moi :  Plaît-il?  Ahahahaha!  Non.  J’veux dire.  C’est pas ma conjointe, c’est ma MILF.
  • Maman :  Gran?!?  Voyons!  Excusez-le…  Il n’a jamais très bien compris la signification du mot « MILF ».
  • Serveuse :  Je vois bien ça…
  • Moi :  Hein?  MILF dans le sens que c’est ma mère, astie!  Pas besoin d’être bilingue pour comprendre ça.  C’est de base…
  • Serveuse :  D’accord, d’accord.  C’est votre mère.  Bon.  Et vous allez manger quoi?
  • Moi :  J’sais pas.  Tu me conseilles quoi?  De manger tout de suite ou d’attendre que tu finisses ta journée pour qu’on aille manger quelque chose de plus consistant ensemble après?
  • Serveuse :  Que tu manges tout de suite.
  • Moi :  All ride!  Je vais prendre un 12 pouces poulet grillé.
  • Serveuse :  On ne fait pas de sous-marins.
  • Moi :  Ho!  C’est vrai…  Je vais prendre un wrap au thon, mais avec pas de thon.  Vous le remplacerez par du poulet grillé.
  • Serveuse :  Monsieur, ici, on fait des déjeuners.
  • Moi :  Je sais…  Au Subway aussi, ils font des déjeuners.  Mais ça ne les empêche pas de respecter leur clientèle en lui offrant de la nourriture de qualité.
  • Serveuse :  (long soupir)  Vous voulez des œufs et du bacon?
  • Moi :  Oui.  Ça va faire la job en attendant.
  • Serveuse :  En attendant quoi?
  • Moi :  Qu’on aille dîner ensemble tantôt.
  • Serveuse :  J’ai déjà un conjoint.
  • Moi :  Moi, j’ai un 10 vitesses.
  • Serveuse :  Et c’est quoi le rapport?
  • Moi :  Y’en a aucun.  Il ne le saura pas.
  • Serveuse :  Qui, ça?
  • Moi :  Mon 10 vitesses, tsé.  VOYONS!  Ton conjoint.  Pas besoin d’y dire que t’es allée casser la croûte avec un client que tu trouvais de ton goût après ton servage.
  • Serveuse :  C’est parce qu’il est ici, justement.  Il est venu lire son journal et déjeuner ici en m’attendant.  Je crois que vous le connaissez, il parlait avec madame tantôt.
  • Maman :  Vous fréquentez Virgile?
  • Moi :  C’t’une joke?  Y’a-tu juste moi qui n’ai jamais couché avec Virgile?
  • Serveuse :  Pourquoi vous dites ça?
  • Maman :  Pour rien, pour rien.  Commande ton plat, Gran.
  • Moi :  Ma MILF de mère aussi a déjà couchaillé avec Virgile, imagine-toi donc.
  • Serveuse : Ah! Oui?  J’ai connu Virgile lors d’un voyage en Colombie-Britannique il y a trois mois et nous sommes ensemble depuis ce jour.
  • Moi :  Tu ne le mérites pas.
  • Serveuse :  QUOI?
  • Moi :  J’veux dire…  Il ne te mérite pas.
  • Maman :  Je suis désolée, fille.  Je ne savais pas qu’il avait une copine.
  • Moi :  Criss…  Chu pas trop sûr de comprendre, mais ça veut-tu dire que t’as passé proche d’être ma mère?  Ahahaha! Astie d’astie que ça aurait été malade ça!  Disons que t’aurais été une MILF I’ld like to fuck, comme on dit.
  • Serveuse :  Hein?
  • Moi :  Non…  Tapeu…  J’me trompe.  Tu pourrais pas être ma mère.   Mais vous êtes sœurs de bite,  toi pis m’man, c’est ça?  C’est vraiment mongole v’nir manger icitte.
  • Maman :  Gran…  S’il te plaît, ARRÊTE.  Écoutez, je suis vraiment désolée.

Là, vous devez vous dire : « Pauvre serveuse!  Elle devait capoter».

NON…
J’ignore si elle est psychopathe ou quelque chose de même, mais elle ne capotait pas du tout.

  Serveuse :  Sacré Virgile!  C’est donc vous, Manon!

  Maman :  On se connaît?

  Moi :  Si je peux me permettre un apartheid : c’est surtout l’ex-maîtresse de ton courailleux de Virgile.  Faudrait pas l’oublier, hein!

  • Serveuse :  Écoutez, Madame Manon.  Virgile m’a beaucoup parlé de vous.  Et en bien…  Je suis un peu mal à l’aide de vous demander ça, mais après le travail, si vous voulez, vous pourriez passer à la maison…
  • Moi :  Quand tu dis « Vous », c’est le « Vous » pluriel, c’est ça?  Genre qu’elle pourrait me laisser chez vous?
  • Serveuse :  Non!  Je parle à votre mère.
  • Manon :  Pourquoi pas!  Hein!  Ahahahaha!  À quelle heure?
  • Serveuse :  Disons 13h30.  Ça vous va?
  • Moi :  Plaît-il?  Et on peut savoir ce que vous allez faire?
  • Serveuse :  Peut-être qu’on va te faire un p’tit frère, qui sait…  Ta mère a plein de choses à m’enseigner.
  • Maman :  Hon!  C’est trop gentil!  Et j’apporte quoi?
  • Serveuse :  Bof!  Peut-être juste une petite larme de crème, au cas où!;)

Over my dad body!
Astie que je hais les Cora!
Quelqu’un peut me donner le # de téléphone de la DPJ s’il vous plaît?
Ma mère n’est pas digne d’avoir un fils comme moi.

Texte: Gran Talen

Photo montage: Édith Tremblay

Tu pourrais être down avec

1 Commentaire

  • Reply Stéphanie juin 5, 2015 at 11:19

    Journée de ma fête s’avérant un peu démoralisante, je tombe sur ce bijoux délicieux à souhait. L’eusse tu cru que j’me serait délectée à ce point avec un histoire incluant le Cora-bway et une mère à l’ouverture… d’esprit des plus divertissant.
    Merci Gran, c’était un vrai bau-baume sur mon coeur!

  • Drop un knowledge